SANS RIRE: DONALD.

 

 

trump-joker-card-thumb1

TRUMP: “atout”; “joker”

To Trump:-  “couper avec un atout”, “dépasser” “surpasser”

Mais aussi: “péter” (slang)

Mais encore:“falsifier”

Trumper- tromper, quoi. En l’occurrence, se faire tromper, pauvre Hillary… par Donald.

Bref.

Hillary ‘ve qu’on se Trump.

Bof. Ou qu’on se trompe de Trump, un éléphant ça trompe…

Enormément. Mouais…

Sir Hedmund HILLARY, célèbre alpiniste néo-zélandais, d’après source Wikipédia, à qui les parents Rodham vouaient un culte au point de prénommer leur petite fille, non pas Hedmund mais Hillary. Désir frustré d’engendrer un mâle. Ce qui aboutit à cette incongruité de prendre le nom de famille pour prénom, consonance plus féminine qu’Hedmund oblige. Auraient-ils été chercher du côté d’Edmonde, la face de l’Amérique en 2017 en aurait elle été modifiée???

Bon.

Donald: “prénom masculin écossais, issu du gaëlique Domnall, du proto-celtique *Dumno-valos basés sur les éléments *dumnos/dubnos « monde d’en bas » > « monde » et valos « celui qui règne, prince souverain “

Qui cependant, sans cette connaissance linguistique affinée, et pour le “vulgaire” aurait pensé qu’un canard pouvait battre un alpiniste dans l’ascension à la Maison Blanche?

Irréel, but true.

Pire que l’imprévu, l’improbable arrive parfois, ou ce que personne ne voulait voir. Démonstration de tout un système médiatique ankylosé dans le “wishful thinking”, prenant ses rêves autrement dit pour des réalités. Mais les désirs “infra-mundi” du corps de chair électoral américain en ont décidé autrement.

Maintenant les dés sont jetés, et une nouvelle partie va commencer.

Faut-il s’en inquiéter outre-mesure où avoir confiance en une espère de nécessité du destin historique? “Ce qui doit advenir advient”.

Faudrait-il aussi croire à cette logique “un mal pour un bien”? On a beaucoup parlé des défauts de DT, et moins de ceux d’HRC, néanmoins existants. Il n’y aura pas de triumvirat féminin à la tête de l’humanité en 2017, même pour une brève période (Angela-Teresa-Hillary). Non. Le fait d’être une femme est -il un garant d’intelligence et de souplesse diplomatiques, vertus nécessaire dans le gouvernement actuel du monde? Ne serait-ce pas même sexiste de l’imaginer, puisqu’ une femme est un homme comme un autre…

En attendant la Russie est contente. Doit-on s’en réjouir?

La question se pose, sans rire.

donald-duck-181