LE MAJORETTE (Extrait)

« IL avait retiré sa cravate et malgré la fraîcheur automnale, également sa veste. Il avait lancé son sceptre très haut dans le ciel bleu du stade, et, à présent, le faisait tournoyer au dessus de sa tête, dans une grâce pleine de détachement, l’air de rien.

Un mince sourire aux lèvres.

Il venait d’être réélu Président du Monde

De son monde.

A quelles voluptés n’avait-il pas dit NON! pour en arriver là? Depuis enfant, il savait tout faire. Un génie. En plus: beau.

Le pouvoir exige des sacrifices, des renoncements. Un sens des priorités dans les ambitions : on ne peut pas tout être, lui répétait Liliane, sa grand-mère, en lui narrant les mythes de l’ancienne Egypte devant la chaleur de la cheminée de briques picardes. Et ses joues reflétaient ce feu, et ses yeux d’elfes s’embrasaient « Mon petit ange » lui disait la vieille dame vénérée… Les métamorphoses des dieux n’étaient pas pour les hommes: il n’aurait qu’une peau, qu’une incarnation, entre le renard, le taureau, le sphynx, il faudrait choisir. Il n’y avait que les très grands comédiens qui revêtaient les mutations profondes à la perfection, les tours de passe passe entre tous les états de l’être, tous ses langages… Devant le feu en croquant une tartine au nutella, il avait hésité.

Toute perfection accomplie, tout achèvement atteint exige des amputations. Et pendant que voltigeait comme des ailes d’hélicoptère, l’emblème de son empire mondial, tirant son âme vers les étourdissements de l’Espace, ses chaussures parfaitement cirées l’ancraient profondément sur la terre ferme, à travers l’estrade.

Il avait perdu beaucoup de choses: rêves de pureté, ascèses intellectuelles loin du monde, visages, mais il en avait gagné en échange. Ivresse de l’engagement, aboutissement total de soi dans, pensait-il au plus profond de lui et avec raison peut-être, le déroulé d’un destin.

Devant lui, une foule immense le soutenait. Pourtant il ne chantait pas, il ne déclamait nul poème. Afin de se donner une contenance, une fois achevé son discours de remerciement plein de promesses impossibles à tenir, mais qui faisaient tout de même chaud aux coeurs des gens, il avait eu cette idée de faire le majorette. Juste un instant. Histoire de montrer qu’il ne se prenait pas tant au sérieux… dans une impulsion incroyablement audacieuse, il le lança finalement beaucoup trop fort en l’air. Le sceptre de fibre d’onyx orné de l’étoile solaire vrilla un instant dans sa chute.

La population mondiale qui regardait l’évènement en direct retint son souffle. Dans un coin du ciel entre deux nuages sombres un jet de lumière blanche tomba soudain sur lui au moment où, dans un vertige sans pensées, il rattrapa l’objet de sa main ferme et douce.

En même temps qu’une clameur montait de toutes parts et que Zeus lui-même sur un divan de l’Olympe ne put s’empêcher de crier « Bra-vo! », lui, réprimant un tremblement intérieur, eut alors la confirmation de quelque chose qui le dépassait : un sentiment d’Election. « 

In « Fenêtre de Tir », à paraître, 2ème semestre 2037

Clr.

Maybe a joke, maybe not:

ECCE HOMO… 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s