TOUT FACILE

Dans une époque lointaine, une professeure d’allemand alsacienne nous répétait avec le sourire confiant d’une Sissi d’un mètre quatre-vingt (ou du moins nous apparaissait elle ainsi) : « Tout facile! ». D’une belle voix chaude et ronde, rythmant les déclinaisons, les irrégularités, chantant sa langue plus qu’elle ne la parlait: « Tout facile ». Formule magique qui en effet, simplifiant tout, faisait soudain penser qu’aucune difficulté n’était réelle, que tous les blocages et ce qui nous fait peur ne sont en réalité qu’imaginaires.

Son « tout facile », c’était le TIE, le Take It Easy de la pensée outre Atlantique, l’art de prendre les choses avec facilité, ou simplement de se laisser guider par elles, sans leur imposer aucune résistance ni de forcer aucun désir. Simplement de laisser être, et d’agir avec souplesse et retenue, en fonction. Pas loin du Tao Te King de Lao Tzeu.

Avec le temps, peut-être, les difficultés se lèvent et ce qui nous paraissait douloureux, insupportable ou si beau qu’inatteignable s’accomplit, ou accomplit son cours, au delà de nous et avec nous, dans la simplicité qui associe poésie et réalisme.

Tout peut arriver, n’importe où, à n’importe qui, n’importe comment. Sans doute car au plus profond, les âmes, les coeurs et les corps poussent sur le même humus, aussi différents que soient les statuts, les fonctions, les apparences des êtres.

Aujourd’hui dimanche 5 décembre 2021, Pierre Rabhi est mort, des femmes sous la pureté du ciel afghan n’arrivent pas à se dire que tout est facile, l’impossibilité d’être amoureuse ou plus largement heureuse un jour bloque l’horizon, et les étouffe plus que les voiles. A leur pensée, toutes nos plaintes sont futiles, et nos chances nous font un peu honte, comme de chanter « tout est facile, cette chance de savoir que notre bonheur dépend, de ce côté-ci du monde, essentiellement de nous-même.

Une petite chanson d’amour, sans oublier le ciel afghan.

… D’toute façon c’est facile, il suffit d’être fragile, de simplement être humaine. De se souvenir qu’on est rien.

Les Raisons difficiles, nous disent que c’est débile de ne pas penser à demain

De trop aimer, son prochain.

Depuis toujours… les mêmes discours, les mêmes contradictions (entre l’coeur et lui dire non)

Le mental impassible, veut qu’on lui soit docile… peut-être n’a-t-il pas tort de nous retenir, par le mors.

Mais le soleil

N’est pas d’accord… là-bas sur la mer d’or

Une autre vérité sommeille…

D’toute façon soit tranquille…

Il faut pas s’faire de bile… nous dit notre astre serein (suis moi et tout ira bien…)

da capo, et on tombe…

Comme un rien.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s