LA BELLE ETOILE

Atento: pbm sur ce fichier MP3… le son passe en intersidéral par erreur, dans ce cas télécharger sur ordinateur, mais avec casque via portable ok. Le son n’est pas à ce point mauvais ni la voix robotique 😉

A la fin de Pierrot le Fou de JL Godard. Dans le son des vagues, la voix d’Arthur Rimbaud.

« Elle est retrouvée, quoi? L’Eternité. C’est la mer allée, avec le soleil ».

Des années lumière après, au-delà, on s’interrogera sur ces mots hallucinés du jeune poète. Sans fin. Qu’est-ce que ça veut dire?

Tout au long de la vie, on y repense, on croit comprendre, saisir, peut-être.

Fusion totale des choses, captation d’une réalité supérieure ou le cosmique et notre matérialité la plus évidente se font écho. La fusion: la mort. L’effusion: l’amour. L’éternité: le soleil, la lumière, la beauté, ce qui engendre, ce qui rapproche, ce qui crée, procrée. Un grand mélange explosif, naturel, radieux.

Il n’y a rien à craindre, il y a tout à savourer, le moment est bref, unique, la seconde éternelle, celle du baiser encore dans le Parc Monsouris, de Prévert. Il n’y a rien à comprendre, tout à faire, aucune peur, même pas de celle de fous très à l’Est qui oublient la lumière et notre chance d’exister. Contre lui, la réponse (un peu bête car il n’y en pas d’autre) de toujours:

« Paix et amour. »

Quand tout sera déserté et tout nu

Quand sur une étoile inconnue

Tu pourras compter toutes les minutes

De l’éternité, sans plus de but…

Quand quelque part, dans la galaxie,

Tu repenseras à toutes ces nuits

Tourmentées par tous tes ptits ennuis

Pauvres petite poussières dans l’infini…

« Qu’ai-je donc fait de toute ma vie? »

Te demanderas-tu, proche du désastre

« Y a-t-il un truc que j’ai pas compris?

Aurais-je manqué la vision d’un astre? »

Quand ce jour très loin, presque impossible

Contraint d’accepter l’irréversible

Tu repenseras à ta Liberté,

A tous ces possibles avortés…

Cet instant qui n’arrivera jamais

Où tout sera mort, je te promets

Mon amour, ce conte pour te faire peur,

C’est pour réveiller ton coeur…

Lui faire voire la chance de chaque heure

La folle présence du bonheur…

La simple évidence, du bonheur.

Da capo: rectif

« On pourra compter toutes les minutes,

S’aimer, l’éternité, sans plus

de but….. »

Un commentaire

  1. Marie Christine LEROI · mars 2

    Très jolie mélodie sur ces paroles intemporelles. L’éternité c’est tout les jours

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s