LA RÊVEUSE

Au XVIIème siècle, des humains ont composé certaines musiques qui auraient pu disparaître à jamais.

Les notes avaient été écrites à la plume d’oie avec de l’encre, sur du papier. Le système utilisé est encore décodable aujourd’hui et s’enseigne par delà toutes les langues du monde, partout dans le monde.

Il s’agit, de facto, du seule langage écrit universel.

A l’heure, du jour, ou de la nuit, où ces hommes et ces femmes XVIIème siècle français (la méconnue aujourd’hui Elisabeth Jacquet de la Guerre adulée sous Louis XIV) imaginaient des airs et les transposaient sur du papier, ils n’auraient sans doute jamais conçu que 300 ans plus tard, leurs sons, diffusés sur des tablettes luminescentes via des satellites orbitaux passeraient par la magie des ondes, dans les oreilles de leur lointains descendants.

Au fond, qu’attendaient ces musiciens d’autrefois en transcrivant leurs imaginaires musicaux, et parfois géniaux?

On peut se poser cette question, qui n’a sans doute aucune réponse certaine. Puisqu’ils n’attendaient rien. Rien du moins qui dépasse de très loin leurs temps.

Annoter un parchemin de sons mis en encre, c’était souvent leur profession et leur plaisir dans le cas des grands compositeurs dont les oeuvres nous sont parvenues. Communiquer leurs musiques aux interprètes, qu’ils puissent la jouer, telle que la musique se jouera toujours : pour donner une bouffée d’éternité au temps présent. Pour faire pénétrer dans un monde totalement atemporel où les secondes se dilatent, dans les meilleurs des cas, quand trois minutes de cordes frottées font sentir l’infini.

Toutes ces phrases mélodiques, ces complaintes, ces élégies, ces bouffées « bas-rock », rythmes qui annonceront ( pulsions de vie, fières rebellions) le « haut » rock du futur.

Peut-il y avoir de vraie musique, de musique qui traverse ce mur du son, qui « déchire », donc les limites, sans une inspiration révoltée, jusque dans la douceur?

Toutes ces choses, les musiciens-compositeurs d’alors les sentaient sans doute, lumineusement. Toute leur vie était portée par cette métamorphose mathématique et rigoureuse de toutes les vibrations de l’âme qu’ils sentaient, ou laissaient monter en eux; un sentiment d’urgence vitale, pour les meilleurs, a- delà, bien au-delà des commandes rémunérées, les animait.

Pensaient-ils à nous? Sentaient-ils au plus profond de leur inconscient qu’une forme de beauté absolue toucherait toujours les hommes avec égalité, et par la même, les rendant égaux dans le plaisir, l’esthétisme, la jouissance, bien au-delà des cultures et des époques? Avaient-il la prescience de Jessie Norman et Lang Lang?

Non. Oui. Certains croyaient aussi en Dieu, et mélangeant tout ça. Le sacré, même dans les oeuvres profanes, n’était jamais bien loin. Et on aurait complètement tord aujourd’hui, chez certains par totale méconnaissance, d’amalgamer le tout, en le ramenant au sacré. C’est sûrement le contraire qui eut lieu, la sensualité et la beauté pure du coeur à travers des cordes ou des instruments à vents qui insuffla la foi dans les oeuvres d’églises. L’impression du sublime n’est pas qu’un attribut divin. Mozart composa Don Giovanni autant que ses requiems, Monteverdi bien avant, des madrigaux amoureux, et des cantates pour Dieu, qui exprimaient, dans des chromatismes similaires, peut-être en réalité la même passion, voire le même désir d’absolu et d’amour total.

Oui. Non: ils n’attendaient rien. Ils désiraient. Le Beau, la suite parfaite, ce qui leur trottait; de la sonate au chant divin, même impulsion, travaillée ensuite avec ordre et méthode, par la grâce du nombre, allié de l’âme. Pour une fois.

Sur du parchemin, de l’encre. Dans un monde ou les statistiques en matière d’espérance de vie aurait jeté l’effroi aujourd’hui parmi nos semblables masqués, où la moindre infection pouvait vous emporter. Hygiène, santé n’était pas des priorités, encore moins des obsessions. Ce qui obsédait ceux et celles dont on parle, c’était donc de jouer, de faire surgir l’harmonie étrange qui captive, vrille un peu, étourdit, fait danser de joie, fait pleurer, purge. C’était de se réfugier ainsi, de se protéger dans une bulle hors des dangers inhérents à toute époque, et à la peur de la mort, dont l’inéluctabilité reste jusqu’à se jour, relative, mais certaine.

Beaucoup de choses demeurent d’actualité. Et dans ce qu’on croit être le grand chambardement des valeurs, la gloire, l’argent et la musique attisent toujours l’envie de vivre. La superficialité jouxte toujours la profondeur. Ainsi dans ces temps où le monde ignorait la démocratie moderne, et qui peuvent paraître aujourd’hui comme invivables, les problèmes essentiels n’étaient pas si différents qu’on se l’imagine. Certains se faisaient banquiers et soldats, d’autres, toujours une infime minorité, musiciens, compositeurs, et les uns soulageaient les autres de leurs peines et leurs violences.

Une forme d’équilibre. Les problèmes essentiels: trouver les remèdes au chagrin, au deuil, trouver ce qui donne la joie, permet d’avancer se sachant condamné. Ce qui permet d’oublier. Si la musique n’est pas née d’hier, une forme de bas consumérisme non plus. Mais les blessures, toutes les blessures étaient beaucoup plus nombreuses et plus graves. Il ne faut pas l’oublier. Contre celles du corps, en dernier recours, la mort apaisait tout. Contre celles de l’âme, la musique avait son rôle à jouer. On a la musique de son temps, on aime la musique qui panse les plaies de son temps, et de son vécu personnel, ou qui en stimule les joies. Quelque chose nous dit, peut-être, qu’alors, quand on savait qu’il n’y avait de toute façon plus rien à faire que d’accepter les coups durs, on avait aussi cette sagesse de s’abandonner dans une prière, un silence, un air mélancolique. Ou tout simplement de s’échapper gratuitement, sans espoir de trace: rêver.

Par delà la mort, et parfois à l’amour.

à 2min 01 : LA RÊVEUSE

Image d’en-tête: Vallée des Saints, Bretagne prise de vue Clr.

( 08minutes 30 : Réveil)

(A écouter dans le noir, sans la voir)

LA CHUTE

Contrairement à toutes les drogues courantes, l’amour commence par une descente.

Une chute.

Personne ne monte amoureux/se.

Tout le monde tombe.

Quand on monte, c’est qu’on remonte, la pente, qu’on s’élève pour prendre du recul, et cette simple faculté prouve qu’on y est déjà plus.

C’est tout.

On aurait pu s’arrêter là.

Au lieu de tourner un tas de films, de composer un tas de partitions, d’écrire des milliers de pages philosophiques, romanesques, des poèmes etc. On aurait pu.

Mais bizarrement l’humain ne s’arrête jamais là, là où il le devrait, spécialement en cette matière  rouge carmin.

Tentation du diable ou de l’ange, n’allons pas savoir.

La chute, après celle fameuse de nos deux ancêtres bibliques, celle du paradis sur terre, puis celle de Lucifère, l’ange porte lumière, du paradis du ciel, Albert Camus écrivit en 1957 un court roman du même nom.

Un long aveu dans un bar d’Amsterdam, étrange confessionnal empli de fumées et vapeurs interlopes, à l’adresse d’un prêtre muet comme un psy, dont le lecteur ne connaîtra jamais le nom, pour pouvoir y mettre le sien, monologue d’un homme qui se repent comme on désire clamer son innocence, le bien nommé : Clamence.

De manière générale, il n’y a que deux sexes possibles à incarner pour un lecteur. Et selon l’un ou l’autre, il arrive parfois que les interprétations divergent.

Ce texte de Camus devrait réellement s’intituler « Les Chutes » : celui de cet homme parlant, avocat, séducteur, qui reconnait la faute de son passé, qui admet avoir pêché, chuté. Et celle d’une femme, qui saute d’un pont, qu’il n’ose sauver,  et qui par cette chute physique, comme un remord, lui fera prendre conscience de la sienne, morale.

L’édition Livre de Poche des années 70s figurait sur sa couverture une vue en noir et blanc et, pertinemment, en « plongée »  d’une eau trouble parcourue de vaguelettes. Avant de tomber dans une interprétation bergsonnienne de cette eau comme les remous obscurs de la mauvaise conscience de Clamence, cette image implique évidemment le point de vue de la femme qui saute.

Toute chute est-elle volontaire? Dans le cas d’un suicide (au moins d’une tentative) on peut penser que oui – sans nous embarquer trop loin dans la définition de la volonté, et sa part d’impossible ou non irrationalité, au moment d’un geste que la psychiatrie qualifie de « moment de folie »-

La chute amoureuse serait un autre de ces moments,  juste un peu moins « volontaire » du moins conscient. On se retrouve à l’eau avant même d’avoir cherché le pont.

Pourquoi la Chute, 1957, 150p ISBN 9782070360109 un vendredi de Saint Valentin?

Peut-être pour s’interroger et trouver une signification à la couleur rouge sang de l’amour et de la phase amoureuse que voudrait glorifier ce jour, avant d’être celui du top-sales de la rose.

Que l’amour comme sentiment amoureux dure trois ans, comme l’écrivait Beigbeder, ou trois décennies comme on peut en douter, ou trois heures ou même trois secondes, selon un constat plus réaliste, il commence dans tous les cas de figure par cette fameuse chute qui doublée d’une fabrication en bonne et due forme (« faire l’amour ») aboutit parfois à des liens créatifs durables, sous l’emblème d’un enfant.

Celui ou celle qui refuserait la chute serait un peu comme celui où celle qui refuserait de s’allonger sur le divan. Comme celui ou celle qui voudrait connaître la rédemption et la grâce sans avoir commis de péché. L’amour, vécu dans cette passion des premiers moments, ne peut être l’apanage des anges, des cerveaux trop parfaits qui comme chacun le suppose, d’ailleurs comme Marguerite Yourcenar l’a écrit, dépassent le sexe– voire n’en ont pas.

Prendre trop de plaisir à la chute peut gravement nuire à l’élévation (intellectuelle, professionnelle,  politique– cf Strass Khan).

En gros « Être debout ou allongé(e), telle est la question ».

Pourtant certains amours ne font pas tomber et ne viennent pas d’une chute. Ce que les grecs définissaient comme Philiae, l’amitié, Agapé, les liens du sang familial. Quelque chose qui peut se regarder sereinement, « en pleine conscience »,  non pas avec tiédeur mais avec douceur et dire « oui, je le veux ».

Cela relève du miracle. Rare. Peut-être  certains amants qu’un lien plus fort que la chimie mystérieuses avait unis des éons et des années  auparavant, et qui se regardant l’oeil encore brillant, au soir de leur vie, éprouvent le constat ému d’avoir su se relever, ensemble, et par delà le plaisir de la chute, d’avoir  trouvé un bonheur plus réel, plus durable, qui sait… un véritable amour.

 

Francine et Albert Camus, 1943

 » Francine souffrant de dépression, est hospitalisée.  Elle s’est une fois jetée d’un balcon mais on ne sait si c’était pour échapper à l’hôpital ou pour se tuer. Sa dépression a été mise en partie sur le compte des infidélités conjugales de son mari.

Alors qu’il allait annoncer à Francine qu’il la quittait, Camus se tue dans un accident de voiture. Elle et Camus sont enterrés ensemble à Lourmarin » 

in Wikipédia.

 

.G/ Musique 1

Comme une glace vanille un soir d’été, loin dans le sud de l’Italie, dans un coin perdu et pas  très chic, sur une plage pas connue. Mais belle.

Comme des cheveux d’enfant fins et doux,  dans l’odeur des champs de blé de la même couleur.

Un visage grave sur des touches de piano blanc cassé et noires. Très très penché, presque amoureusement, langoureusement,  génialement.

Génitalement. ça se passe dans la matrice, dans le noir complet des sons, des notes.

Il faut fermer les yeux, ne pas regarder les instruments: voir plus loin, le paysage d’émotions et de sentiments imaginaires mais réels d’un type qui s’appelait Mozart il y a longtemps, quand il écrivit son concerto « Jeunehomme », N°9.

Soir de printemps aussi, un thé, une tarte à la fraise.

On pense à la douceur.

Un visage un sourire, une femme ou un homme, jeunes pour toujours, amoureux.

On pense à la douleur, tendre, des amours à jamais imparfaits.

Et puis soudain un élan fou, joie, folie, passion.

Un pirouette un salto, une galipette: bonheur insouciant

mais si profond.