Claire Isselée

Fascinée dès l’enfance par l’Ailleurs, l’Altérité des autres mondes et l’écriture qui en ouvre les portes, l’auteur de trente-sept ans a publié en octobre 2015 son premier roman, Ruines I, Figue de Barbarie.

C’est suite à un voyage en Algérie en 2012 que naît le thème du livre: partir des Ruines pour tout rebâtir. D’un sentiment de désastre, et que la liberté et la beauté sauvage qui s’expriment à travers la nature (celle ici de l’Algérie) sont injustement hors de portée… L’envie d’écrire naît donc et se réalise à partir d’un double cri: celui d’une ode, et d’une révolte. Ode révoltée.

Passionnée par les langues, les rapports interculturels ( en particulier avec la Méditerranée et  l’Afrique, dans toutes ses couleurs) , Claire Isselée appartient à une génération d’écrivains qui, sous l’émulation d’un J.M.G Le Clézio, expriment un engagement à la fois poétique et humaniste qui se veut en lutte à la fois contre l’angélisme et le désespoir facile des courants extrêmes…

Ruines, publié chez L’Harmattan est un projet conçu comme une trilogie, dont le second volet en préparation devra plonger au coeur de l’identité française ( d’autrefois à aujourd’hui) à travers l’histoire des ruines et des reconstructions d’une famille sur plusieurs générations… Le troisième tableau transposera la problématique sur le terrain de l’Afrique sub-sahélienne de l’ancien empire du Mali.

Par delà le travail de fond que reste l’écriture, et qui n’est pour l’auteur qu’une manière d’exprimer, de communiquer,et de transmettre l’amour de la vie et des gens, il y a aussi la photographie pratiquée dès l’âge de 17 ans et la musique. Pianiste et guitariste amateur, la chanson est aussi une manière de fusionner les influences culturelles, les mots des poèmes et d’essayer d’en faire quelque chose de percutant, et parfois, de plus efficace que les livres… souvent de plus jouissif.

A partir de l’année 2015, littérature et musique s’équilibrent, l’une sérieuse, l’autre joueuse et sans prétention. Les deux dans le même désir de partage et d’expulsion des émotions et des idées à travers deux aventures complémentaires: celle du mot, celle du son…